Salut everybody ! Chose promis, chose due et comme je vous en avez parler dans mon liebster award je reviens aujourd'hui pour une nouvelle critique du tome 1 du livre Ma raison de vivre de Rebecca Donovan.

Ma raison de vivre de Rebecca Donovan

Tout d'abord parlons de la couverture, je la trouve très jolie et très classe. Le côté argenté brillant donne de la simplicité et en même temps une atmosphère spéciale qui résume assez le livre. La photo en noir et blanc est très jolie, j'aime bien le fait qu'on ne voit que la moitié du visage de la personne car cela nous laisse imaginer par nous même la tête de l'héroïne.

Voilà le résumé :

Emma est une jeune fille de 17 ans ayant perdu son père à l'âge de 6 ans dans un accident de voiture. Sa mère, dévastée après la mort de son père, la laisse chez son oncle et sa tante, George et Carol. Depuis quatre ans dans cette maison, sa tante la bat chaque soir quand elle rentre à la maison. La seule au courant est sa seule et meilleure amie, Sara.

Pourtant à l'arrivé du nouveau, Evan, à son lycée, sa vie va changer. Quelqu'un cherche à la connaître et n'abandonne pas. Mais, elle le sait : elle ne peut pas le laisser entrer dans sa vie au risque de découvrir son terrible secret...

 

Mon avis :

Vous l'aurez compris, ce livre traite d'un sujet délicat : la maltraitance. J'ai tout simplement adoré ce livre déjà car je trouve qu'on ne parle pas assez de ce sujet là, alors qu'en France des milliers de femmes et d'enfants meurent sous les coups d'une personne de leur entourage.

C'est un livre captivant, addictif, un de ces livres qu'on ne peut plus décroché sous peine d'y penser toute la journée. On lit les pages sans s'en rendre compte même si il a plus de 500 pages.

Le personnage d'Emma m'a intrigué, on ne comprend pas pourquoi elle n'en parle pas, pendant tout le livre on se dit " Mais dit-le qu'elle te bat" ! C'est une fille courageuse qui supportent beaucoup de choses, qui est timide mais qui s'ouvre grâce à Evan. Emma, si gentille, qui ne veut pas faire souffrir ses cousins qu'elle aime tant en leur enlevant leur mère, cette femme qui la fait souffrir chaque jour. J'ai beaucoup aimé son évolution grâce au personnage d'Evan. On voit qu'il lui fait du bien, la rassure.

Le beau Evan qui fait battre notre coeur autant que le sien pendant tout le livre, Evan qui s'acharne à lui parler même si elle le repousse, à entrer dans sa vie même si elle ne l'accepte pas, à comprendre même si il sait qu'elle ne lui dira jamais, à l'aimer sans qu'elle puisse lui dire à son tour. Evan, si dévoué, adorable, gentil qui va réussir à entrer dans sa vie au pris de nombreux efforts et qui va la faire vivre, survivre. Finalement le titre du livre c'est Evan, sa raison de vivre qui lui permet de ne pas céder, de ne pas se laisser faire, de résister, de survivre.

Celui que j'ai le plus détesté c'est surement le personnage de George même plus que celui de Carol. George qui ne fait rien, alors qu'il sait même s'il ne veut pas savoir, pas comprendre. Qui laisse sa femme lui faire subir toutes sortes de choses sans rien dire, à être un témoin silencieux. Ce qui m'a le plus insupporté c'est qu'il défende Carol, qu'il dise à Emma de laisser tranquille Carol alors qu'il sait la vérité, franchement ça m'a tué !

Carol, cette femme, cette femme qui m'a dégoûté tout le long du roman, qu'on a envie de voir mourir. Cette femme complètement folle qui lui fait subir des choses horrible, qui fait de se vie un enfer chaque jour depuis quatre ans, qui lui interdit tout. J'ai tout détesté en elle, le fait que avec ses enfants elle leur parle avec amour et qu'avec Emma elle la traite de tout les noms et lui fasse subir les pires choses. Le fait qu'elle change de caractère fait peur, pendant tout le roman on a peur, on a aussi peur que Emma qu'en rentrant chez elle, elle la batte.

Ensuite le personnage de Sara, qui sait, qui s'inquiète tout le roman pour elle, qui a peur mais ne dit rien car elle sait qu'Emma ne veut pas que ça sa sache. Qui respecte ses décisions même si elle a peur de venir la chercher à jour et qu'elle ne puisse même pas se lever, qui lui fait supporter les coups qu'elle subit car avec elle Emma peut se confier. Emma, qui grâce à elle, peut enfin vivre la vie d'une fille de 17 ans : faire des sorties, aller à des fêtes...

Et enfin, sa mère, qu'au début on croit morte mais qui finalement est bien vivante mais qu'il l'a abandonné. Sa mère, qui apparaît deux ou trois fois dans le livre juste pour lui dire qu'elle lui manque mais pourquoi l'a-t-elle abandonné à son sort dans ce cas ? Cette mère alcoolique, dépressive après la mort de son père qui l'a laissé seule. On comprend qu'il y aura surement un développement de ce côté-la dans les autres tomes pour éclaircir tout ça !

Bref, vous l'aurez compris, un livre captivant, émouvant qui mérite d'être lu  !

Voilà, j'espère que cette critique vous a plu ! Et vous, connaissez vous ce livre, comptez-vous le lire ?

Retour à l'accueil